Un système de sureté qui dépasse l’entendement

Par Amotz Brandes

Version originale : It Boogles the Mind  – chameleonassociates.com

Traduit de l’anglais (américain) par AP

________________________________________

Ces derniers jours, on ne peut être qu’abasourdi par l’actualité de la sureté aérienne.

Des bambins sur les listes d’interdiction de vol

Ce mois-ci, une adorable petite fille de 18 mois a dû sortir d’un avion [peu avant le décollage]. La compagnie aérienne a prétendu que l’enfant figurait sur la liste d’interdiction de vol, à cause d’une erreur informatique. La compagnie a justifié sa décision en indiquant qu’elle a suivi le protocole.

De nouvelles armes terroristes défient nos systèmes de sureté

Les terroristes développent des bombes non métalliques, faites de composants difficiles à détecter et soigneusement dissimulés.

Les voyageurs sont à bout de patience

Aujourd’hui, les passagers sont pour ainsi dire en guerre contre la TSA [Transportation Security Administration – NdT]. Aux désagréments qu’ils subissent dans les longues files d’attente s’ajoutent des doutes récurrents sur l’efficacité de notre système de sureté de l’aviation civile.

Le point commun de toutes ces histoires, le cœur de tous ces problèmes réside dans l’absence flagrante de logique. L’absence d’une approche de la sureté axée sur la menace, qui s’intéresserait à l’intention criminelle plutôt qu’aux moyens utilisés pour nuire.

Le nom de cette petite fille pourrait apparaitre sur 17 listes qu’elle ne constituerait pas pour autant une menace légitime. Deux ou trois questions et un peu de bon sens auraient permis d’éviter ce désastre en termes de relations publiques.

Évidemment, nos ennemis sauront adapter leurs tactiques à nos stratégies de défense – c’est ce que font les ennemis. Aussi devons-nous travailler de façon proactive, en cherchant à penser comme pensent nos ennemis.

Les voyageurs et le public seraient bien moins frustrés s’ils avaient affaire à des protocoles, à un système de sureté fondés sur le bon sens ; un système qui nous mettrait tous dans la même équipe, dans le but de lutter côte-à-côte contre nos ennemis ; au lieu de nous inciter à nous combattre les uns les autres.

Publicités

Un commentaire sur “Un système de sureté qui dépasse l’entendement

  1. À travers les remarques de monsieur Amotz Brandes On voit bien qu’il ya une certaine paranoïa qui s’est installée dans l’esprit des agents de sûreté, et d’une manière plus globale dans le système de sûreté aéroportuaire.. Et bien évidemment , la routine y trouve un nid douillet de telle sorte qu’une fois une mesure de sécurité ou qu’une routine a été mise en place, personne n’ose plus y toucher de peur d’être accusé plus tard d’avoir été à l’origine du changement qui pourrait créer une brèche dans le système pour les terroristes».Voici donc le cas où un enfant est soupçonné aussi rapidement qu’une personne âgée, alors que le simple bon sens peut nous guider sur le fait qu’il aura rarement la capacité à intervenir illicitement à bord d’un aéronef : Et pourtant , c’est ce qui arrive souvent aussi dans les points de de contrôle des aéroports : Les enfants et les personnes âgées sont contrôlés de la même manière qu’un jeune homme de 20 à 40 ans, en pleine force de l’âge. Et même si l’ on peut penser que cela ne veut rien dire, et que le jeune enfant ou la personne âgée peuvent être utilisés pour transporter, à leur insu, des armes ou des explosifs ; ceci dit ,c’est peut-être la façon de déterminer le contrôle qui peut bien évidemment être différente. On parle parfois du principe de la discrimination positive ou négative dans ce type d’approche, pourquoi ne pas user de ce jugement ? Même si quelque fois, cela peut paraîte un peu superflu : Ceci pose bien entendu la question de la pertinence des contrôles de sûreté et la difficile conciliation de son efficacité avec les exigences de la qualité de service.

Les commentaires sont fermés.