Initiation par le jeu au renseignement en contexte aéroportuaire

Retour sur une expérience concluante menée au niveau pré-universitaire

Je participe depuis plusieurs années au programme de l’attestation d’études collégiales (AEC) en Techniques de la sureté aéroportuaire, au Collège Gérald-Godin de Montréal (Ste-Geneviève). Cette formation de 525 heures est dispensée en collaboration avec la Sureté aéroportuaire d’Aéroports de Montréal (ADM) – la compagnie gérant les aéroports internationaux de Montréal-Trudeau et de Montréal-Mirabel. L’AEC vise à former des agents de sureté, appelés à travailler dans des aéroports canadiens.

Dans le cadre de cette formation, je dispense trois cours de trois heures chacun, consacrés respectivement au terrorisme, au profilage de sureté et au renseignement. Pour ce dernier, j’ai développé récemment un jeu pédagogique pour enseigner les rudiments du renseignement en milieu aéroportuaire. Ce jeu, intitulé Bellærophon, a connu son baptême du feu il y a quelques semaines.

Il serait prématuré de tirer des conclusions définitives d’une expérience qui, pour l’heure, n’a été menée qu’à une seule occasion. Toutefois, certaines constatations peuvent d’ores et déjà être rapportées. Ainsi, le questionnaire de rétroaction réalisé pour l’occasion a révélé des commentaires très positifs et encourageants de la part des 17 étudiants et des trois observateurs.

L’initiative a également révélé chez les étudiants une implication bien supérieure à celle de mes précédents cours sur le sujet. C’est particulièrement vrai pour l’heure et demie (sans pause) qu’a duré le jeu proprement dit, mais également pour l’heure et demie de cours magistral qui a suivi. Les étudiants comprennent bien mieux la finalité du renseignement en milieu aéroportuaire. Ce qui était précisément le but recherché !

J’ai donc souhaité revenir sur cette expérience encourageante, en énonçant les raisons qui m’ont conduit à créer ce jeu, en décrivant son objectif et son fonctionnement et, enfin, en précisant en quoi il vient supporter le cours magistral qu’il précède.

Publicités