Une tarte aux pêches révélatrice

Par Amotz Brandes

Version originale : Peach Piechameleonassociates.com

Traduit de l’anglais (américain) par AP

________________________________________

À la soirée barbecue où je me trouve, je remarque que l’homme qui se tient près du buffet des desserts porte un holster sous sa veste. Je m’en aperçois au moment où il se saisit d’une part de tarte aux pêches. Le pistolet est visible (il me semble que c’est un HK). Bref, il y a un homme étrange avec une arme dans la place. La question qui se pose alors est la suivante : devrais-je m’en inquiéter ?

« Hey, Mike. Ce type là-bas, il a un pistolet.

– Oh, tu parles de Joe ? Ouais, il est avec ma sœur, Julie. Il est détective privé. En fait, ils doivent partir tôt parce qu’il travaille ce soir. C’est un type formidable.»

Tout ce que cela m’a pris pour écarter la « menace du pistolet » : un dialogue de deux répliques. J’y ai appris que l’invité au pistolet a une raison légitime de le porter, qu’il est connu et que c’est un type bien.

Mais nous focalisons encore tellement sur la détection des armes. Toutes sortes de technologies sont dédiées à cette tâche. Peut-être est-ce parce qu’il semble plus facile de traiter avec des objets qu’avec des êtres humains. Peut-être est-ce parce que, pour une raison psychologique ou culturelle, il nous parait plus simple de chercher une chose que de tenter de découvrir les pensées d’une personne ou d’expliquer son comportement. Ce n’est pas que la question des armes ne soit pas pertinente. Bien sûr qu’elle l’est. Mais ce n’est là qu’une petite partie de l’équation.

Il y a un pistolet à la soirée barbecue, mais aucune intention maligne. L’intention, voilà la notion-clé. Ce type pourrait tout aussi bien porter une grenade, un sabre ou un lance-roquettes, cela ne ferait aucune différence ; parce qu’il n’est pas un adversaire et qu’il n’a pas de plan d’attaque. La seule chose qu’il semble avoir l’intention d’attaquer, c’est sa part de tarte.

Publicités

Un commentaire sur “Une tarte aux pêches révélatrice

  1. Voilà un excellent cas d’espèce, résolu de façon simple et efficace ; qui plus est, entièrement transposable en contexte aéroportuaire.

    D’aucuns pourraient rétorquer :
    « Et si un un « bad guy » volait le pistolet au détective privé ?»
    Mais peut-on imaginer un « bad guy » errant dans une jetée aéroportuaire, attendant le moment où il va :
    1- remarquer un pistolet caché sous la veste de quelque agent de la paix ou détectective privé (il pourrait attendre un bon moment),
    2- voler l’arme à son porteur (ce n’est pas la meilleure des idées de défier ainsi un porteur d’arme à feu),
    3 – et finalement passer à l’attaque pour laquelle il était là initialement ? (en espérant que sa cible soit toujours disponible)
    Selon moi, une telle situation est pour le moins improbable.

Les commentaires sont fermés.