Une tarte aux pêches révélatrice

Par Amotz Brandes

Version originale : Peach Piechameleonassociates.com

Traduit de l’anglais (américain) par AP

________________________________________

À la soirée barbecue où je me trouve, je remarque que l’homme qui se tient près du buffet des desserts porte un holster sous sa veste. Je m’en aperçois au moment où il se saisit d’une part de tarte aux pêches. Le pistolet est visible (il me semble que c’est un HK). Bref, il y a un homme étrange avec une arme dans la place. La question qui se pose alors est la suivante : devrais-je m’en inquiéter ?

« Hey, Mike. Ce type là-bas, il a un pistolet.

– Oh, tu parles de Joe ? Ouais, il est avec ma sœur, Julie. Il est détective privé. En fait, ils doivent partir tôt parce qu’il travaille ce soir. C’est un type formidable.»

Tout ce que cela m’a pris pour écarter la « menace du pistolet » : un dialogue de deux répliques. J’y ai appris que l’invité au pistolet a une raison légitime de le porter, qu’il est connu et que c’est un type bien.

Mais nous focalisons encore tellement sur la détection des armes. Toutes sortes de technologies sont dédiées à cette tâche. Peut-être est-ce parce qu’il semble plus facile de traiter avec des objets qu’avec des êtres humains. Peut-être est-ce parce que, pour une raison psychologique ou culturelle, il nous parait plus simple de chercher une chose que de tenter de découvrir les pensées d’une personne ou d’expliquer son comportement. Ce n’est pas que la question des armes ne soit pas pertinente. Bien sûr qu’elle l’est. Mais ce n’est là qu’une petite partie de l’équation.

Il y a un pistolet à la soirée barbecue, mais aucune intention maligne. L’intention, voilà la notion-clé. Ce type pourrait tout aussi bien porter une grenade, un sabre ou un lance-roquettes, cela ne ferait aucune différence ; parce qu’il n’est pas un adversaire et qu’il n’a pas de plan d’attaque. La seule chose qu’il semble avoir l’intention d’attaquer, c’est sa part de tarte.

Publicités

Un système de sureté qui dépasse l’entendement

Par Amotz Brandes

Version originale : It Boogles the Mind  – chameleonassociates.com

Traduit de l’anglais (américain) par AP

________________________________________

Ces derniers jours, on ne peut être qu’abasourdi par l’actualité de la sureté aérienne.

Des bambins sur les listes d’interdiction de vol

Ce mois-ci, une adorable petite fille de 18 mois a dû sortir d’un avion [peu avant le décollage]. La compagnie aérienne a prétendu que l’enfant figurait sur la liste d’interdiction de vol, à cause d’une erreur informatique. La compagnie a justifié sa décision en indiquant qu’elle a suivi le protocole.

De nouvelles armes terroristes défient nos systèmes de sureté

Les terroristes développent des bombes non métalliques, faites de composants difficiles à détecter et soigneusement dissimulés.

Les voyageurs sont à bout de patience

Aujourd’hui, les passagers sont pour ainsi dire en guerre contre la TSA [Transportation Security Administration – NdT]. Aux désagréments qu’ils subissent dans les longues files d’attente s’ajoutent des doutes récurrents sur l’efficacité de notre système de sureté de l’aviation civile.

Lire la suite

Une sureté efficace sans renseignement ?

Par Amotz Brandes

Version originale : Good Security without Intel?

Traduit de l’anglais (américain) par AP

Une organisation de sureté peut-elle travailler efficacement sans recourir à du renseignement fourni par des organismes à l’externe ? La réponse est un oui retentissant. Souvent, les organismes de sureté dépendent des agences gouvernementales pour la fourniture d’informations [sensibles]. Par exemple, la Transportation Security Administration (TSA) se fie au Terrorist Screening Center du FBI pour produire la liste d’interdiction de vol [No-Fly List] et la liste de sélection de contrôle secondaire. Le renseignement fourni par une institution gouvernementale peut évoquer la possibilité d’un attentat, identifier une personne digne d’intérêt ou révéler un mode opératoire terroriste. La diffusion de ce renseignement peut être aussi bien générale que spécifique. Mais, qu’il concerne l’identité d’un ennemi potentiel, des indicateurs de suspicion ou un mode opératoire, ce renseignement, certes bienvenu, s’avère limité par nature.

Lire la suite