Initiation par le jeu au renseignement en contexte aéroportuaire

Retour sur une expérience concluante menée au niveau pré-universitaire

Je participe depuis plusieurs années au programme de l’attestation d’études collégiales (AEC) en Techniques de la sureté aéroportuaire, au Collège Gérald-Godin de Montréal (Ste-Geneviève). Cette formation de 525 heures est dispensée en collaboration avec la Sureté aéroportuaire d’Aéroports de Montréal (ADM) – la compagnie gérant les aéroports internationaux de Montréal-Trudeau et de Montréal-Mirabel. L’AEC vise à former des agents de sureté, appelés à travailler dans des aéroports canadiens.

Dans le cadre de cette formation, je dispense trois cours de trois heures chacun, consacrés respectivement au terrorisme, au profilage de sureté et au renseignement. Pour ce dernier, j’ai développé récemment un jeu pédagogique pour enseigner les rudiments du renseignement en milieu aéroportuaire. Ce jeu, intitulé Bellærophon, a connu son baptême du feu il y a quelques semaines.

Il serait prématuré de tirer des conclusions définitives d’une expérience qui, pour l’heure, n’a été menée qu’à une seule occasion. Toutefois, certaines constatations peuvent d’ores et déjà être rapportées. Ainsi, le questionnaire de rétroaction réalisé pour l’occasion a révélé des commentaires très positifs et encourageants de la part des 17 étudiants et des trois observateurs.

Lire la suite

Un vice de procédure via ce blogue ? L’Église de scientologie parisienne aura vraiment tout essayé…

Condamnée lourdement par la Cour d’appel de Paris en février dernier, l’Église de scientologie parisienne fait feu de tout bois obtenir l’annulation de l’ensemble de la procédure devant la Cour de cassation. Dernière tentative en ce sens : l’église se réfère expressément à un article de ce blogue et l’élève au rang de preuve formelle d’un vice de procédure. Mais l’argumentaire fait long feu, tant il est éloigné de la réalité.

Ainsi, mercredi 2 mai, devant les locaux de l’antenne parisienne de l’École nationale de la magistrature (ÉNM), s’est tenue une manifestation organisée par l’Église de scientologie locale. Il s’agissait pour l’organisation de dénoncer un récurrent séminaire de formation organisé en collaboration avec la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) à destination des magistrats. Voilà près de quinze ans que l’ÉNM accueille une telle initiative. Et l’Église de scientologie a coutume de la dénoncer.

Lire la suite

Un nouveau contributeur, spécialiste international en sureté aérienne

J’ai le plaisir de vous annoncer que Rapports minoritaires compte un nouveau contributeur, en la personne d’Amotz Brandes. M. Brandes est un spécialiste mondialement reconnu de la sureté aéroportuaire. Ancien du renseignement dans l’Armée israélienne, il fut durant plus de quatre ans profileur de sureté pour la compagnie aérienne El Al.

Il est aujourd’hui directeur associé au sein de Chameleon Associates une compagnie de formation-conseil en sureté et en renseignement privé, présente à l’international. J’ai assisté à plusieurs  séminaires de formation animés par Amotz. J’ai ainsi pu apprécié l’étendue de ses compétences en matière de profilage et d’entretien de sureté.

Amotz a très volontiers accepté que je traduise et publie ici des articles écrits à l’origine (en anglais) sur le site web de sa compagnie. Aussi, c’est avec une grande joie que je l’accueille sur ce blogue.

Il faut tuer le cycle du renseignement – 13ème et dernière partie

La vue d’ensemble

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

En fin de compte, que vous acceptiez ou non ce nouveau modèle de processus du renseignement, il est évident que l’antique cycle du renseignement doit être éliminé. Peu importe que vous le fassiez avec les honneurs ou – comme je le recommande – avec des explosifs. À ce stade de mes développements, ce devrait être clair : le cycle   doit disparaître.

Pour résumer, on rappellera que le cycle du renseignement achoppe sur au moins trois plans :

  • on ne parvient pas à définir ce qu’il est, ni même ce qu’il n’est pas ;
  • il ne correspond pas à la façon dont fonctionne le renseignement au XXIème siècle ;
  • il ne nous aide nullement à expliquer nos processus aux décideurs que nous assistons.

Lire la suite

Contrôle aléatoire préembarquement : une dangereuse illusion de sureté

Dans les aéroports canadiens, le point de contrôle préembarquement ressemble toujours davantage à la Ligne Maginot : un déploiement technologique impressionnant, particulièrement onéreux à implanter et à entretenir ; mais qu’il est pourtant aisé de contourner.

La liste des exemples est longue ; aussi n’en citerai-je ici que deux, sur lesquels j’ai déjà écrits dans le cadre de ce blogue.

  • Les fameux scanneurs corporels, tout d’abord. Au Canada, ces « scanneurs qui déshabillent » ne sont utilisés qu’au contrôle secondaire ; c’est à dire seulement lorsque le portique détecteur de métaux du contrôle primaire sonne l’alarme. C’est une véritable aberration, comme je l’ai précédemment expliqué ici.
  • Les détecteurs d’explosifs liquides, ensuite. Comme je le mentionnais dans un précédent article, ces appareils demeureront  sans intérêt tant qu’une technologie efficace ne sera pas en place à toutes les lignes de contrôle préembarquement, dans tous les aéroports et tant que l’on ne les aura pas couplés systématiquement avec un scanneur corporel.

À la lecture de ces textes, on serait tenté de rétorquer : C’est oublier un important niveau de sureté supplémentaire : le contrôle aléatoire au point de fouille.

Non, je ne l’ai pas oublié. Malheureusement, dans les faits, cette mesure se révèle totalement illusoire pour lutter efficacement contre le terrorisme aérien.

Lire la suite

Sectes et formation professionnelle – Quand les institutions canadiennes font les mêmes erreurs que les françaises

En 2006, le Conseil scolaire catholique franco-nord de l’Ontario (CSCFN) avait passé des contrats pour plusieurs sessions de formation en pédagogie émotionnelle avec l’Académie de plaisirologie et d’intelligence émotionnelle (APIE). L’année suivante, la direction du conseil apprenait que l’APIE était dirigée par un évêque et deux prêtres de la religion raëlienne. Le CSCFN décidait alors de mettre fin unilatéralement auxdits contrats et avertissait d’autres conseils scolaires de l’Ontario de ne pas faire affaire avec cette firme, en raison de l’obédience religieuse de ses formateurs.

Mais les trois disciples de Claude Vorilhon n’en sont pas restés là et ont porté l’affaire devant le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario. Le 10 décembre dernier, la juridiction rendait la seule décision qui s’imposait en l’espèce : elle a condamné le Conseil scolaire pour discrimination religieuse :

« Sur la base des documents déposés par les parties, le Tribunal conclut qu’il y a eu discrimination selon l’article 3 du Code [des droits de la personne], et ce, au motif de la croyance. L’intimé a mis fins a (sic) des contrats de service en raison de la croyance des requérants.»

Lire la suite