Qu’est-ce que le renseignement – 1ère partie

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods http://ow.ly/d5poi – 30 juin 2008

Traduit de l’anglais (américain) par AP

Le problème que pose le terme « renseignement« 

Note introductive : mon collègue Jim Breckenridge et moi-même passons l’été à réfléchir et à écrire sur le renseignement. Dans notre esprit, il s’agit du renseignement dans l’arène de la sécurité nationale, bien sûr, mais aussi en matière d’application de la loi, dans le secteur des affaires et dans de nombreux autres domaines où l’on peut pratiquer le renseignement ou des activités qui s’y apparentent. J’espère publier ici plus tard au cours de l’été quelques-unes des réflexions de Jim, mais j’ai décidé de commencer par l’un de mes sujets favoris : qu’est-ce que le renseignement ? Je trouve cette question particulièrement intéressante – et je vais d’ailleurs lui consacrer un article en plusieurs parties.

Lire la suite

Que nous apprend l’attentat de Bourgas ?

Le 18 juillet dernier, à l’aéroport de Bourgas (Bulgarie), un attentat à la bombe a causé la mort de six personnes et fait 30 blessés. L’explosion s’est produite dans le stationnement qui fait face à l’aérogare et visait un autocar affrété pour conduire à leur hôtel des touristes israéliens qui venaient de débarquer de l’avion – cinq d’entre eux en sont décédés.

Le porteur de la bombe était un homme d’une trentaine d’années, déguisé comme un touriste, qui aurait ainsi pu monter à bord de l’autocar visé sans éveiller les soupçons. On pense aujourd’hui qu’il aurait agi comme « mule », pour le compte d’un autre terroriste, situé à proximité, qui aurait déclenché l’explosion au moment opportun. Lire la suite

Qu’est-ce que le renseignement ? – Résumé

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

  • Il n’existe pas de définition standard du renseignement. Contrairement à ce que l’on pense généralement et malgré les nombreuses tentatives des législateurs, des institutions et des universitaires, aucune définition ne fait consensus. Cela pose particulièrement problème lorsque l’on considère les nouvelles communautés du renseignement dans le domaine des agences d’application de la loi et dans le secteur privé.
  • Il est important d’élaborer une telle définition afin que germent, dans l’esprit des décideurs destinataires du renseignement, des attentes réalistes. C’est particulièrement important en contexte de démocratie, où les électeurs considèrent avec circonspection le secret et la raison d’État, qu’ils associent souvent aux fonctions du renseignement. Lire la suite

Initiation par le jeu au renseignement en contexte aéroportuaire

Retour sur une expérience concluante menée au niveau pré-universitaire

Je participe depuis plusieurs années au programme de l’attestation d’études collégiales (AEC) en Techniques de la sureté aéroportuaire, au Collège Gérald-Godin de Montréal (Ste-Geneviève). Cette formation de 525 heures est dispensée en collaboration avec la Sureté aéroportuaire d’Aéroports de Montréal (ADM) – la compagnie gérant les aéroports internationaux de Montréal-Trudeau et de Montréal-Mirabel. L’AEC vise à former des agents de sureté, appelés à travailler dans des aéroports canadiens.

Dans le cadre de cette formation, je dispense trois cours de trois heures chacun, consacrés respectivement au terrorisme, au profilage de sureté et au renseignement. Pour ce dernier, j’ai développé récemment un jeu pédagogique pour enseigner les rudiments du renseignement en milieu aéroportuaire. Ce jeu, intitulé Bellærophon, a connu son baptême du feu il y a quelques semaines.

Il serait prématuré de tirer des conclusions définitives d’une expérience qui, pour l’heure, n’a été menée qu’à une seule occasion. Toutefois, certaines constatations peuvent d’ores et déjà être rapportées. Ainsi, le questionnaire de rétroaction réalisé pour l’occasion a révélé des commentaires très positifs et encourageants de la part des 17 étudiants et des trois observateurs.

Lire la suite

Une sureté efficace sans renseignement ?

Par Amotz Brandes

Version originale : Good Security without Intel?

Traduit de l’anglais (américain) par AP

Une organisation de sureté peut-elle travailler efficacement sans recourir à du renseignement fourni par des organismes à l’externe ? La réponse est un oui retentissant. Souvent, les organismes de sureté dépendent des agences gouvernementales pour la fourniture d’informations [sensibles]. Par exemple, la Transportation Security Administration (TSA) se fie au Terrorist Screening Center du FBI pour produire la liste d’interdiction de vol [No-Fly List] et la liste de sélection de contrôle secondaire. Le renseignement fourni par une institution gouvernementale peut évoquer la possibilité d’un attentat, identifier une personne digne d’intérêt ou révéler un mode opératoire terroriste. La diffusion de ce renseignement peut être aussi bien générale que spécifique. Mais, qu’il concerne l’identité d’un ennemi potentiel, des indicateurs de suspicion ou un mode opératoire, ce renseignement, certes bienvenu, s’avère limité par nature.

Lire la suite

Il faut tuer le cycle du renseignement – 13ème et dernière partie

La vue d’ensemble

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

En fin de compte, que vous acceptiez ou non ce nouveau modèle de processus du renseignement, il est évident que l’antique cycle du renseignement doit être éliminé. Peu importe que vous le fassiez avec les honneurs ou – comme je le recommande – avec des explosifs. À ce stade de mes développements, ce devrait être clair : le cycle   doit disparaître.

Pour résumer, on rappellera que le cycle du renseignement achoppe sur au moins trois plans :

  • on ne parvient pas à définir ce qu’il est, ni même ce qu’il n’est pas ;
  • il ne correspond pas à la façon dont fonctionne le renseignement au XXIème siècle ;
  • il ne nous aide nullement à expliquer nos processus aux décideurs que nous assistons.

Lire la suite

Il faut tuer le cycle du renseignement – 12ème partie

Le nouveau processus du renseignement – La seconde image

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

[Note : j’ai débuté cette série d’articles il y a plusieurs mois avec l’intention de la compléter à court terme. Mais, comme c’est souvent le cas, la vie s’est mise en travers du chemin… Si vous découvrez cette série (ou si vous avez oublié l’excitation qui prévalait à l’origine), je vous recommande de (re)commencer par le commencement. Pour les autres, je vous remercie de votre patience.]

Au plus haut niveau, le renseignement apporte un soutien indéniable au processus de prise de décision. Si l’on intègre ce constat, on peut alors commencer à comprendre ce qui régit les besoins en renseignement et caractérise les bons produits de renseignement. C’est là le message de la première image.

Mais qu’en est-il des détails ? Jusqu’ici, on comprend bien le contexte général. Mais comment le professionnel moderne du renseignement doit-il penser le processus du renseignement ? La seconde image a été élaborée pour répondre à ces questions.

Lire la suite

Il faut tuer le cycle du renseignement – 11ème partie

Le nouveau processus du renseignement – La première image

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

De cette étude consacrée au cycle du renseignement – et surtout à ses défauts –, s’il est un thème qui émerge, c’est bien que le processus du renseignement doit être considéré :

  • d’un point de vue global, comme partie intégrante d’un processus plus large de prise de décision ;
  • et d’un point de vue spécifique, comme quelque chose qui dispose de ses propres fonctions distinctives.

Fusionner les deux aspects du processus – l’un macro et holistique, l’autre micro et spécifique – me semble trop difficile à réaliser en un seul diagramme. Aussi ai-je scindé ma compréhension du processus du renseignement en deux images.

Lire la suite

Il faut tuer le cycle du renseignement – 10ème partie

Le nouveau processus du renseignement

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

Tous les exemples étudiés dans les sections précédentes ne sont véritablement que des hypothèses ou des suppositions quant à la façon dont le renseignement fonctionne (ou devrait fonctionner). Toutes sont fondées sur des représentations anecdotiques du processus du renseignement tel qu’il est pratiqué aujourd’hui dans la seule communauté américaine du renseignement.

Peu de ces modèles ont tenté d’élargir leur champ d’action à l’intelligence économique ou au renseignement criminel. Et très peu d’entre eux s’appuient sur une quelconque recherche systémique et empirique. De fait, même s’ils représentent plus ou moins précisément la façon dont on pratique le renseignement de nos jours, il est difficile de savoir si ces modèles sont les meilleurs que les professionnels du renseignement puissent imaginer.

Lire la suite

Il faut tuer le cycle du renseignement – 9ème partie

Se démarquer du cycle du renseignement

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

D’autres auteurs, pour leur part, ont proposé des versions radicalement différentes du processus du renseignement ; il s’agit pour eux de se débarrasser de vieux concepts, dans une tentative de représenter plus précisément comment on produit du renseignement dans le monde réel.

-conseilLa première de ces tentatives, que l’on doit à l’universitaire de longue date et ancien membre de la CIA, Arthur Hulnick, est la « matrice du renseignement ». Hulnick estime que le renseignement est mieux décrit en termes matriciels. Pour lui, il existe trois activités principales – dont certains éléments se produisent souvent en même temps. Ces trois « piliers » sont la collecte, la production et le service-conseil. Bien qu’il saisisse davantage de fonctions du renseignement, le modèle de Hulnick ne semble guère fournir de lignes directrices quant aux façons de faire du renseignement dans la pratique.

Lire la suite

10 ans après, ma thèse sur la Scientologie est confirmée par la Cour d’appel de Paris

ou

La revanche du paria du renseignement
sur la haute administration française

Jeudi dernier, le 2 février 2012, la Cour d’appel de Paris a confirmé un jugement de première instance et a condamné deux organisations parisiennes de scientologie en tant que personnes morales pour escroquerie aggravée en bande organisée, de par l’utilisation d’un test de personnalité en vue de persuader frauduleusement les victimes d’acheter des produits et services de scientologie. La Cour a prononcé des amendes d’un montant total de 600.000 € – près d’1M$ canadiens. Il s’agit de la sanction la plus sévère jamais prononcée pour escroquerie contre une organisation en France.

Revenons en arrière de très exactement dix ans (et quelques heures). Le 1er février 2002, à l’Université de Cergy-Pontoise, je soutiens ma thèse de doctorat en droit criminel, consacrée à l’Église de scientologie. En recourant uniquement à des sources ouvertes, j’y développe notamment les idées selon lesquelles il convient :

  • de poursuivre les organisations de scientologie de France, notamment sur le fondement de l’escroquerie aggravée en bande organisée
  • et de rechercher systématiquement la responsabilité pénale de la personne morale impliquée

notamment en raison de l’utilisation du test de personnalité aux fins de persuader frauduleusement les victimes d’acheter des produits et services de scientologie.

Lire la suite

L’Ordre du Temple Solaire et la théorie du complot : Les « X-Files » d’Yves Boisset

2012 et prédictions apocalyptiques obligent, la semaine dernière, une équipe de télévision française a débarqué à Montréal, dans le cadre d’un documentaire consacré aux sectes millénaristes. Il y sera beaucoup question de l’Ordre du Temple solaire (OTS). Aussi, la réalisatrice et son caméraman sont-ils venus s’entretenir avec moi au sujet de cette secte qui a fait couler beaucoup d’encre depuis dix-huit ans. Ils souhaitaient avoir mon point de vue sur la question en tant qu’ex-analyste de la Direction centrale des renseignements  généraux (DCRG) à Paris, où j’avais débuté ma carrière dans le suivi des sectes en août 1995, quelques mois avant le massacre de seize adeptes de l’OTS dans le Vercors.

L’entrevue visait également à expliciter ma position quant à la théorie du complot qui fait fureur en France depuis des années. Une position que j’avais exposée, il y a plus de quatre ans, dans un article de mon blogue personnel. Rétrospectivement, j’ai pensé qu’il serait intéressant d’exhumer cette note et de la publier sur Rapports minoritaires, après l’avoir légèrement remaniée.

Lire la suite

Il faut tuer le cycle du renseignement – 8ème partie

Bricoler le cycle du renseignement

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

Au fil des années, nombre d’universitaires et de praticiens ont tenté de corriger les défauts du cycle du renseignement. Du côté des théoriciens, presque toutes les tentatives ont abouti à une compréhension plus nuancée du processus du renseignement ; mais aucune n’est parvenue à s’imposer chez les professionnels du renseignement et à détrôner le cycle en tant que représentation dominante de la façon dont fonctionne le renseignement.

Ces nouvelles écoles de pensée se manifestent selon deux modèles généraux :

  • « bricoler » le cycle du renseignement pour le rapprocher de la réalité,
  • réviser entièrement la représentation du fonctionnement du renseignement (ce dont je parlerai dans le prochain article).

Plusieurs auteurs ont cherché à modifier le cycle afin de créer une représentation plus réaliste de la façon dont fonctionne vraiment le renseignement. Au sein de presque chaque établissement de formation en renseignement, le cycle qui y est enseigné a fait l’objet d’une refonte. Les quatre auteurs les plus souvent cités sont Lisa Krizan, Gregory Treverton, Mark Lowenthal et Rob Johnston. Ces auteurs s’appuient sur le modèle existant et cherchent à le rendre plus réaliste.

Lire la suite

Il faut tuer le cycle du renseignement – 7ème partie

Les critiques (III) – Des cycles, des cycles, toujours plus de ces maudits cycles

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

Les professionnels du renseignement présentent leur fameux cycle comme quelque chose d’unique. Pour leur part, les décideurs expérimentés, que ce soit dans le domaine des affaires, de l’application de la loi ou de la sécurité nationale, ne voient dans le cycle du renseignement qu’un autre de ces processus décisionnels linéaires dont ils sont familiers.

Et cette connaissance a engendré [chez ces décideurs] un certain mépris, tandis que, dans leurs secteurs d’activité, ils se débattent pour réviser leurs propres processus, à la lumière de la technologie et des systèmes du XXIème siècle. Pour faire court, disons que le cycle du renseignement ne parvient déjà pas à expliquer le processus du renseignement ; mais qu’en plus, il ressemble à un baratin commercial éculé aux yeux du décideur typique, rompu aux modèles de processus linéaire – et à leurs défauts.

Lire la suite

Il faut tuer le cycle du renseignement – 6ème partie

Les critiques (II) – Le cycle du renseignement confronté à la réalité

par Kristan Wheaton

Version originale : Sources & Methods

Traduit de l’anglais (américain) par AP

Si le manque de précision était le seul reproche que l’on pouvait faire au cycle du renseignement, encore pourrait-il s’en remettre. Comme on l’a remarqué précédemment, des thèmes généraux pertinents émergent bel et bien de l’étude du cycle. Et sa perpétuation suggère que ses incohérences sont, dans une certaine mesure, contrebalancées par sa simplicité.

Malheureusement, le second type de critiques généralement faites au cycle est autrement plus redoutable. En fait, il lui porte un coup fatal. Pour faire simple, disons qu’il n’existe pour ainsi dire aucun praticien ou théoricien expert pour déclarer que le cycle reflète la façon dont on produit le renseignement dans la pratique (que ce soit en général ou dans une branche spécifique de la profession).

Lire la suite